Loading... (0%)
Danse des cadences

Documentaire

Et si c’était par des vitesses et des lenteurs que l’on se glisse
entre les choses, que l’on entre dans la danse (ville-danse, ville modèles de danse), que l’on compose un style,
un mode d’existence, des manières de vivre ?

Comment les corps en mouvement se combinent, battent la mesure selon des tempos différents ?

Comment les corps font des mains et des pieds pour habiter la foule, pour épouser, s’approprier des rythmes, pour s’inscrire dans le(s) flux ?

Quelle mélodie, quelle chorégraphie, quelles harmonies, quelles dissonances, quel (a)synchronisme ?

Comment ces corps en mouvement dessinent un territoire ?

Partant d’une perception de la foule en tant que :

  • un corps mouvant composé de corps en mouvement (emboitement, poupées russes),
  • un modèle de danse qui capture d’autres modèle de danse,
  • et qui exprime/dessine/cartographie l’identité d’un lieu par les flux et les rythmes,

ce fragment documentaire s’attache à poser un regard sur la rythmique des corps urbains en mouvement.

Danse des cadences
Danse des cadences
Danse des cadences

Un corps urbain, des corps urbains

La ville-corps

Un environnement, un organe sensoriel non localisé, une configuration dynamique, « un modèle de danse qui capture d’autres modèles de danse ».

La ville lieu de la cohabitation des rythmes (cadence, exclusion, inclusion), lieu de l’intégration de l’ensemble des battements, pulsations individuelles de ses habitants, une intégration qui imprime en retour le rythme de leurs transformations.

Un organisme avec ses flux d’énergie et de matière, ses cellules qui transitent.

La foule-cellulaire

Affecter et être affecté par la proximité des corps.

La proximité, une multiplication de ses capacités de branchements sur des rapports de vitesses et de lenteurs, de repos et de mouvements. Des corps-cellules traversés par les rythmes de la foule, qui peuvent à un moment cohabiter avec, s’approprier, épouser, se glisser entre.

Les interactions dans la foule, télescopages spontanés, éphémères, organisées ou imposées, dispersion, dissolution, un rythme des rencontres indépendant de la nature des partenaires. Avec qui on interagit ? Quel est le rythme de cette interaction ?

Des lieux-organes

Une construction rythmique de territoires urbains, lieux expressifs faits d’une foule de gestes, de manipulations (mains), de pas (pieds), de combinaisons (du plein, du vide, des écarts, des dissonances, des harmonies).

En cours de production