Loading... (0%)
Faire sa cour en steppes mongoles

Roman

Carnet de bord d’un voyage immobile

By Ursula Lamclume

Extrait

#1 Prologue : Et au 7ème jour, Satan vida son sac en Mongolie

La mère mongole engendra plusieurs petits mongols.

L’avant-dernier né fut rapidement possédé par le Malin.

Ses cris résonnaient dans la cour des steppes.

Un jour, qui aurait pu être Grand – si seulement -, la mère déplaça la marmite au milieu de l’étendue infinie d’entre-les-murs, y versa de l’huile, puis alluma le feu.

Quand l’huile se mit à bouillir, on entendit les bulles se répercuter jusqu’à ce coin du ciel.

Et puis plus rien.

A part ces cris, que toujours habitait la Rage.

Si seulement.

#2 Mise en garde sur les doc(k)s

Nous cheminions à mi-parcours avant le grand jour.

Au checkpoint number 3, cette inconnue prophète en blouse rose était en pleine spéléologie du Dedans.

En enlevant ses gants pour cocher ses cases, elle me pris au dépourvu par le milieu de la checklist :

- Vous le portez bas

- Ah ?

- Oui trop

- Oh !?

- Faites attention à l’ouverture du détroit. Ralentissez. Il faut partir immédiatement.

#3 Lever l’ancre

Il devait être 15h16.

C’était un samedi urbain parmi les mouettes.

La sirène retentit.

- Je lève l’ancre, oui mais et après ?

- Bah, tu largues les amarres.

- Ah…

- Ou tu jettes ton encre, comme elle te l’avait lu dans les cartes.

Une semaine, déjà, que je hantais la cabine.

Mais à l’heure de ce départ anticipé, j’essayais encore de tracer des lignes, sans parler de la trajectoire de ce voyage.

#4 Ta traversée de Gobi

C’est ainsi que, sans le Savoir, nous n’y étions pas encore.

Mais en mes absences, elle avait déjà commencé.

Alors, je repensais à ce verset de Wikipédia :

“Le désert de Gobi est une vaste région désertique comprise entre le nord de la Chine et le sud de la Mongolie. Il englobe environ un tiers de la surface de la Mongolie. Le bassin désertique est délimité par les montagnes de […]

L’hétérogénéité des paysages donne au désert de Gobi des nuances de couleurs variant de l’ocre à l’or au vert des prairies flamboyantes. Le tout agrémenté d’un ciel bleu et d’un soleil brillant environ 250 jours par an. Mais temps ensoleillé ne rime pas forcément avec chaleur (voir climat).

Les seuls habitants que l’on peut apercevoir sont en fait des nomades qui se déplacent en chameau. Ils vivent en famille et dorment sous des yourtes, ces tentes blanches typiquement mongoles, fabriquées en bois et en feutre. Par contre, c’est l’occasion unique de rencontrer des animaux rares. Il ne faut pas approcher un cheval de Przewalski, un léopard des neiges ou même un ours. Par contre, les moutons et les chèvres ont été domestiqués.”

#5 En voie de devenir Disparition

Sur le pont. Quelques esprits partaient en fumée camélisée.

Un marin occupé me rejoignit alors que je regardais dedans l’horizon. Trop près pour distinguer ce lointain-là, je m’usais les yeux.

- Hey, sailor, ne vois-tu pas comme une baleine échouée là-bas sur le rivage ?

- Mirage ?

- Non, rivage, baleine.

- Ah, le cétacé ? L’espèce de “chose gonflée” aristotélicienne genre mammifère marin de grande taille tu veux dire ? Non, mais n’est-ce pas l’illustration d’une grande maîtrise dans l’art de ta Disparition ?

- Ou de notre myopie ordinaire ?

- Aussi. Attends, je reviens maintenant, je dois libérer le léopard des mers.

#6 Au Chili con Darwin

Retour à la surface. La terre a tremblé par le milieu. Le mouvement des plaques tectoniques a révélé la vulnérabilité des certitudes. L’imprévisible est né, laissant son empreinte sur la mémoire. Flashback.

Durant ces mois passés dans ma barque, je courais nez à nez avec la reine rouge. Rien ne bougeait dans le visible et si peu à la surface. Mais les oracles au sonar assuraient que la valse des fluides continuait son oeuvre. Quelques défaillances de la matrice. Jusqu’à l’arrivée précipitée. Qui dansait sous ces courbes, reliant les points en mode aléatoire ? Des équilibres mouvants et des accords sous-marins émergea la nouveauté. Métamorphose du passé.

Le prince au petit poids nous a rejoint au carrefour des destinations. Accompagné de nos avenirs en fuite.

Et nous voilà repartis à sa suite.

#7 Passager clandestin

A peine débarquée. Faire face à cette foule sans visage en uniforme. Sueurs froides. Je devais m’y attendre.

- Vos papiers, s’il vous plait.

- Si il me plait ? <marmoner> Oui il est très à mon goût, mais on ne doit pas parler de la même chose </marmoner>

Je venais de recevoir ma nouvelle identité. Je fouillais dans mon paquetage. Impossible de retrouver ce nouveau moi sous le bric-à-brac. Penser à faire le tri des décombres.

- Vous avez du sable dans les yeux ?

- Humpf possible. C’est pas comme si j’avais encore les joues salées. Vent force 7 vous comprenez. C’était quand même une sacrée tempête. <marmoner> Comment peux-tu dire presque rien en parlant si peu ? </marmoner>

Regard dubitatif et impatient.

- Bon allez-y, circulez, jusqu’au prochain contrôle.